Logo Assembly Logo Hemicycle

La dimension religieuse du dialogue interculturel

« La diversité culturelle et religieuse, dans les Etats européens et encore plus en dehors de notre continent, est devenue source d’inquiétudes, de peurs de tensions. Des clivages se forment, qui semblent alimentés aussi par la vision différente de la société que chaque religion propose. Nous sommes confrontés presque au quotidien à des problèmes d’incompréhension et à la multiplication de manifestations d’intolérance, de rejet et de violence, qui brisent la cohésion sociale, voire même la stabilité et la paix », a rappelé Anne Brasseur (Luxembourg ADLE) lors d'une audition organisée à Paris par la Commission de la culture, en vue de la préparation d'un rapport sur la dimension religieuse du dialogue interculturel.

« Les croyants, mais aussi les athées, les agnostiques, les sceptiques ou les indifférents doivent pouvoir se retrouver dans les valeurs qui nous unissent au Conseil de l'Europe.  Pluralisme, tolérance et esprit d'ouverture sont les valeurs cardinales de toute société démocratique. Inscrite dans la Convention européenne des droits de l'homme, la liberté de pensée, de conscience et de religion représente, avec la liberté d'expression, l'une des assises de nos sociétés démocratiques », a souligné Mme Brasseur.

Pour la rapporteuse, un mécanisme structuré et permanent de dialogue interreligieux au Conseil de l'Europe, des mesures favorisant l'éducation du fait religieux, ainsi que l'intégration du dialogue interreligieux dans la formation des enseignants, seraient autant de mesures permettant de favoriser le pluralisme religieux.

L'audition a réuni une quarantaine de participants, parlementaires, experts ainsi que des représentants de diverses autorités religieuses. Le rapport de Mme Brasseur devrait être débattu le 12 avril lors de la session de printemps à Strasbourg.