Logo Assembly Logo Hemicycle

Anne Brasseur : la situation en Ukraine et la tragédie de la migration, nos deux principaux défis

« Les droits de l’homme sont universels. Les réfugiés doivent pouvoir vivre dans la dignité et dans la décence ! En tant que garante des droits de l’homme et des libertés fondamentales, notre Assemblée a le devoir de tirer la sonnette d’alarme et de lancer un débat sur la manière de mieux faire face à la question des migrations dans la perspective des droits de l’homme »,  a souligné Anne Brasseur à l’ouverture de la session de printemps qui prévoit un débat d’urgence sur ‘La tragédie humaine en Méditerranée : une action immédiate est nécessaire’, le jeudi 23 avril.

« Le partage des responsabilités ne nécessite pas seulement la mise en commun de ressources supplémentaires, mais avant tout un changement de politique, et la compréhension que le paradigme a changé. L’immigration n’est pas seulement un problème interne aux Etats membres qui la subissent. Elle concerne l’Europe dans son ensemble. La réglementation actuelle de l’Union européenne – ce que l’on appelle le système de Dublin – n’est pas seulement obsolète et incapable de répondre aux problèmes d’aujourd’hui, elle est en outre injuste pour les pays de première entrée, de même que pour les demandeurs d’asile, » a-t-elle poursuivi.

Se référant au fragile cessez-le-feu dans l’est de l’Ukraine, elle a estimé qu'aussi fragile qu’il soit, il constituait une chance de passer de la violence au dialogue.« Maintenant, nous devons tous assumer nos responsabilités et saisir cette nouvelle occasion de consolider la paix. En tant qu’Organisation de défense des droits de l’homme, de la démocratie et de la prééminence du droit, le Conseil de l’Europe doit jouer un rôle de premier plan dans la mise en place d’un environnement permettant une paix durable en Ukraine », a-t-elle souligné. L’APCE tiendra un débat d’actualité sur ‘La situation politique et de sécurité en Ukraine et ses implications’ le 22 avril.

Enfin, la Présidente de l’APCE a exhorté une nouvelle fois les autorités russes à la libérer, notamment pour motifs humanitaires et conformément à l’accord dit de Minsk 2, Nadia Savtchenko, membre de la délégation ukrainienne à l’APCE.