Logo Assembly Logo Hemicycle

Les conditions dans les centres d'accueil pour les migrants d'Idomeni ne sont pas aux normes, selon la rapporteure

Dans le cadre de la préparation de son rapport sur les réfugiés en danger en Grèce, Tineke Strik (Pays-Bas, SOC), s’est rendue le 29 mai dans les nouveaux centres d’accueil (situés dans les anciennes zones industrielles de Sindos, d’OreoKastro et de Softex) de Thessalonique où ont été transférés les réfugiés et les migrants d’Idomeni.

« Je suis impressionnée par le bref laps de temps qu’il a fallu aux autorités grecques pour créer de nouvelles installations destinées aux migrants d’Idomeni. Cependant, c’était là une occasion manquée de mettre en place des centres offrant des conditions de séjour satisfaisantes qui répondent aux normes internationales. Dans les lieux que j’ai visités, il n’y avait ni intimité, ni sécurité anti-incendie, ni lumière, ni ventilation. Les occupants n’avaient pas la moindre information sur leur situation ni sur leur avenir. Beaucoup d’entre eux espèrent retrouver leurs proches qui se trouvent déjà dans d’autres pays européens. Leur bien-être dépendra de l’achèvement rapide de la procédure de pré-enregistrement et de la possibilité d’exercer leur droit de demander l’asile ».

 

Tineke Strik reste en Grèce dans le cadre de la visite de la délégation de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) de plusieurs camps de réfugiés les 31-31 mai 2016 à Athènes et sur l’île de Lesbos.