Logo Assembly Logo Hemicycle

« Pour préserver les valeurs de notre ‘Maison commune’ il faut revenir à nos fondamentaux »

« Quelle place voulons-nous pour le Conseil de l’Europe dans l’architecture européenne ? Comment pouvons-nous mieux préserver les valeurs qui sont à la base de notre ‘Maison commune’ ? Je suis profondément convaincue qu’il est aujourd’hui plus que jamais important de revenir à nos fondamentaux », a affirmé la Présidente de l’APCE Liliane Maury Pasquier s’adressant aux étudiant-e-s de l’Institut des relations internationales de Moscou à la fin de sa visite de travail en Russie.

« Nous devons réaffirmer notre attachement au Statut du Conseil de l’Europe et à son but initial, celui de préserver la paix et de réaliser une union plus étroite entre les États. Nous devons renforcer notre engagement envers la Convention européenne des droits de l’homme en exécutant les arrêts de la Cour. Nous devons redonner un nouveau souffle à nos mécanismes institutionnels de coopération, en renforçant l’interaction entre le Comité des Ministres et l’Assemblée parlementaire. Enfin, face aux dérives, nous devons prendre le chemin du dialogue et de la coopération », a-t-elle ajouté.

Au cours de son séjour à Moscou, Liliane Maury Pasquier a rencontré Vyacheslav Volodine, Président de la Douma d’Etat, Valentina Matvienko, Présidente du Conseil de la Fédération, Tatiana Moskalkova, Commissaire aux droits humains de la Fédération de Russie, ainsi que les représentant-e-s de la société civile. Lors de ces rencontres, elle a discuté de la coopération entre la Russie et le Conseil de l’Europe, notamment de la mise en œuvre au niveau national de la Convention européenne des droits de l’homme, de la nouvelle procédure conjointe entre le Comité des ministres et l’Assemblée en cas de violation grave par un de nos États membres de ses obligations statutaires, ainsi que du renforcement de la législation russe dans le domaine de la prévention et du combat contre la violence envers les femmes et la violence domestique. De plus, elle s’est adressée aux participant-e-s de la 3ème Conférence internationale sur « La protection des droits humains en Eurasie : échange des bonnes pratiques entre médiatrices et médiateurs ».

La Présidente de l’APCE a souligné l’importance et l’impact de la coopération de la Russie avec le Conseil de l’Europe. « Comme tout État membre, la Russie a apporté au Conseil de l’Europe, sa pratique juridique mais aussi de nouvelles initiatives, notamment dans le domaine de la coopération juridique. La législation russe et la jurisprudence des tribunaux nationaux se sont également enrichies des standards de la CEDH et de la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme. La coopération avec l’Assemblée sur des dossiers d’intérêt commun ainsi que sur la problématique des droits humains en Russie est également très importante, comme le démontrent mes échanges avec la société civile. Bien sûr, il y a encore des domaines dans lesquels il faut progresser afin de pleinement mettre en œuvre les normes de la CEDH et les arrêts de la Cour européenne. De plus, le conflit en Ukraine représente également un défi majeur pour notre continent ainsi que pour la protection des droits humains. Dans ce contexte, l’Assemblée continuera à défendre ses positions, conformément au droit international, tout en encourageant toutes les actions en faveur de la paix et de la coopération en Europe. L’essentiel est de travailler ensemble, dans un esprit de dialogue » a souligné la Présidente de l’APCE.

La question de la lutte contre la violence envers les femmes et la violence domestique a été un des sujets transversaux des rencontres. « La violence est tout simplement intolérable dans nos sociétés et aucune culture, aucune religion, aucune tradition ne peuvent la justifier. Toutes les femmes, tous les hommes ainsi que tous les enfants doivent pouvoir vivre, se développer et s’épanouir dans un milieu sans violence. Il est clair que la législation russe doit être changée pour créer des mécanismes juridiques de lutte et de prévention de la violence, ainsi que de protection des victimes. Le Conseil de l’Europe est prêt à coopérer et à fournir une expertise et des exemples de bonnes pratiques mises en œuvre dans d’autres pays du Conseil de l’Europe » a conclu la Présidente de l’APCE.