Logo Assembly Logo Hemicycle

'Tolérance zéro à l’égard des mutilations génitales féminines', rappelle la rapporteure

Les mutilations génitales féminines (MGF) sont une violation grave des droits humains. En dépit de cela, 180 000 femmes filles ressortissantes ou résidentes européennes seraient menacées de subir des MGF dans l’Union Européenne. 500 000 femmes et filles vivraient avec des MGF au sein de l’Union européenne.

A l’occasion de la Journée Internationale de la tolérance zéro à l'égard des mutilations génitales féminines, Béatrice Fresko-Rolfo, (Monaco, ADLE), Rapporteure générale sur la violence à l’égard des femmes de l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) et Coordinatrice du Réseau pour le droit des femmes de vivre sans violence, réaffirme la condamnation ferme, par le Conseil de l’Europe, de toutes les formes de violences faites aux femmes.

En 2016, Béatrice Fresko-Rolfo notait déjà, dans un rapport sur Les mutilations génitales féminines en Europe que « les chiffres sont alarmants et démontrent que nous sommes directement concernés. Il nous faut reconnaître la nature globale de cette pratique et agir pour prévenir, protéger, punir, réparer et prendre en charge les conséquences à long terme sur la vie de ces femmes ».

Le rapport soulignait la nécessité de criminaliser ces pratiques et d’assurer les poursuites au pénal, le besoin de renforcer la coopération internationale judiciaire et policière, ainsi que la mise en valeur l’accompagnement nécessaire des structures de suivi des victimes. Il est ainsi essentiel de « construire des ponts entre les pays concernés par les MGF et de soutenir l’action des organisations locales ».

La Résolution 2135 (2016) de l’APCE, adoptée suite à ce rapport, préconise ainsi la reconnaissance des MGF en tant que violences faites aux femmes et aux enfants, ainsi qu’une lutte ferme et proactive pour éradiquer ce fléau, notamment par la signature, la ratification et la pleine mise en œuvre de la Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique (Convention d’Istanbul).