Logo Assembly Logo Hemicycle

COVID-19 : nous devons faire face à la pandémie en respectant les droits économiques et sociaux, selon le Président d’une commission

« Les citoyens européens sont aux balcons et aux fenêtres chaque soir pour rendre hommage aux personnels de santé, mais l’Europe ne doit pas se contenter d’applaudissements et de remerciements », a déclaré Luís Leite Ramos (Portugal, PPE/DC), Président de la Commission des questions sociales, de la santé et du développement durable de l’APCE.

« Comme jamais, depuis la seconde guerre mondiale, la pandémie du Covid-19 a révélé la nécessité d’une protection forte des droits humains, notamment des droits économiques et sociaux. C’est précisément le modèle de société fondé sur les droits humains, la démocratie et la règle de droit qui est aujourd’hui en péril et il est de notre devoir à toutes et à tous de rester vigilants face à l’adversité et la maladie », a ajouté M. Leite Ramos.

Dans ce contexte, il a annoncé qu’une proposition de résolution avait été initiée par Jennifer De Temmerman (France, ADLE), Présidente de la Sous-commission de la santé publique et du développement durable, et signée par des membres de la Commission des questions sociales, de la santé et du développement durable et par d’autres membres de l’Assemblée parlementaire, intitulée « COVID-19 – une réponse efficace et respectueuse des droits humains ».

A cet égard, Mme De Temmerman a déclaré : « Je suis inquiète de voir certains Etats prendre des mesures contestables en termes démocratiques, au prétexte de la pandémie. L'urgence sanitaire avait été envisagée dès 2016 par l'APCE. La situation actuelle met tout autant en exergue la nécessité absolue de revoir nos priorités que le rôle de gardiens des droits humains des parlementaires du Conseil de l'Europe ».

« Au-delà de la situation difficile dans laquelle le Covid-19 a plongé nos hôpitaux, nous devons demeurer au plus près des anciens pour leur garantir la protection de leurs droits et maintenir la solidarité intergénérationnelle », a déclaré Selin Sayek Böke (Turquie, SOC), Présidente de la Sous-commission sur la Charte sociale européenne. « Le droit à la santé, à la protection sociale, à l’emploi, à l’éducation et à la protection contre les discriminations sont sous haute tension. Plus que jamais, les droits défendus par la Charte sociale européenne sont contestés », s’inquiète-t-elle.

« La fermeture des écoles du continent permet d’assurer la protection de la vie des jeunes et l'avenir de tous les peuples d'Europe, mais représente également un défi pour l’intérêt supérieur des enfants et l’égalité des chances », a souligné Lord Don Touhig (Royaume-Uni, SOC), Président de la Sous-commission sur les enfants.

Kęstutis Masiulis (Lituanie, PPE/DC), Président de la Sous-commission du Prix de l’Europe, a assuré, quant à lui, que les activités de la sous-commission se poursuivraient.

« Malgré l’adversité, la Commission des questions sociales, de la santé et du développement durable est au plus proche des personnes vulnérables en Europe. Elle poursuivra sa mission démocratique – c’est le moins que nous puissions faire, alors que les personnels de santé risquent leur vie et que des citoyens perdent la vie », a conclu M. Leite Ramos, Président de la commission.