Logo Assembly Logo Hemicycle

Rik Daems : « une partie du fonds de relance européen doit être affectée à un programme de vaccination commun »

Le Président de l'APCE, Rik Daems, a lancé un appel aux gouvernements européens afin que, lors des arbitrages sur le fonds de relance de 750 milliards d'euros dans le cadre de la crise pandémique en Europe, une partie s'oriente vers un programme de vaccination commun.

« Un tel plan de relance doit inclure un programme de vaccination commun, coordonné par les gouvernements européens et doté d'un financement clair. Nous ne vaincrons le virus que lorsqu'il y aura un vaccin qui pourra être administré dans le cadre d’un plan d’action approprié et dûment financé. En dehors de cela, l’argent risque d’être jeté par la fenêtre ».

La semaine dernière, Rik Daems a reçu à Strasbourg le Directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, qui lui a fait part de son inquiétude quant à la complaisance des gouvernements face à la pandémie et du besoin urgent pour les Etats européens de se doter d’un plan de vaccination coordonné.

« En étroite coopération avec la branche européenne de l'OMS, il faut établir un plan de vaccination pour la période 2020-2025 sur des bases purement scientifiques, laissant de côté les querelles internes et les débats politiques stériles », a souligné M. Daems.

Tant qu'il n'y aura pas de vaccin disponible, « nous devons tout faire pour éviter un deuxième confinement. Le port obligatoire du masque dans les espaces publics est un élément essentiel dans cette démarche, tout comme l’application de suivi ‘track and trace’. Et même si un tel dispositif est susceptible de porter atteinte à la vie privée et doit donc être surveillé de près, c’est le principe de confiance qui doit primer tant dans l’usage de l’application que dans le traitement des données », a-t-il ajouté.

Si l'on veut qu'elle soit efficace, « il est essentiel qu'une telle application de traçage bénéficie d'un soutien suffisant au sein de la population en attendant un vaccin. Le label de qualité du Conseil de l'Europe offre une excellente opportunité de renforcer le soutien et donc le succès de cette application, afin que nous puissions réellement prévenir de nouveaux foyers du virus », a conclu le Président.