Logo Assembly Logo Hemicycle

Miltiadis Varvitsiotis : ‘les Etats contribuent à limiter les effets négatifs de la pandémie sur la société’

« Depuis notre dernière réunion ‘à distance’ en juin, nous restons confrontés à de nombreuses questions et préoccupations soulevées par la pandémie concernant le respect de la démocratie, de l'État de droit et des droits de l'homme dans une situation extraordinaire », a déclaré Miltiadis Varvitsiotis, le ministre grec délégué aux Affaires européennes, Président du Comité des Ministres du Conseil de l'Europe, s’exprimant aujourd'hui devant la Commission permanente de l'APCE.

Il a souligné que l'activité continue des institutions et des autorités dans les États membres pouvait contribuer de manière significative à limiter les effets négatifs de la crise sanitaire sur la société, la cohésion sociale, l'économie et l'emploi, et « contribuer à résoudre plus efficacement les problèmes de nature sociale qui frappent nos sociétés en ces temps de distanciation sociale et d'isolement ».

« Les problèmes de violence domestique à l’égard les femmes sont apparus de manière plus flagrante qu'auparavant. Je regrette sincèrement que certains Etats membres aient exprimé leur volonté de se retirer de la Convention d'Istanbul », a ajouté M. Varvitsiotis.

« Poursuivant nos efforts pour mettre en lumière l'importance et la pertinence du Conseil de l'Europe dans la protection et la promotion des valeurs et principes fondamentaux, nous avons examiné depuis juin d'importantes questions soulevant des préoccupations telles que les élections au Bélarus et ses développements récents », a-t-il souligné, rappelant la déclaration commune sur la situation dans le pays, publiée par le Président de l'Assemblée, le Secrétaire général et lui-même, dans le cadre d'un « trilogue».

Il a souligné l'importance de se concentrer sur les jeunes et d'envoyer un message à la jeune génération. « La présidence grecque continue d’accorder une importance particulière à certaines priorités thématiques relatives aux droits, aux espoirs, et aux préoccupations des jeunes, notamment l’éducation et la culture démocratique à l’ère du numérique; les enfants en tant que personnes vulnérables menacées de pauvreté et victimes de violence, de traite, de travail forcé; les mineurs migrants non accompagnés; ainsi que la question de la sauvegarde des droits de la jeune génération affectée par l'impact du changement climatique ».

Il a également estimé qu'une partie de la Déclaration d'Athènes sur la protection de la démocratie, de l'État de droit et des droits de l'homme en période de pandémie - qui doit être adoptée le 4 novembre lors de la 130ème session du Comité des Ministres à Athènes - devait être consacrée à des groupes sociaux vulnérables, tels que les enfants, les femmes, les personnes handicapées, les personnes âgées et les réfugiés.