Logo Assembly Logo Hemicycle

Laisser les enfants de millions de travailleurs migrants sans protection parentale est une violation des droits humains

La Commission des questions sociales de l’APCE a déploré la complaisance des pays d’origine et de destination concernant les enfants qui restent dans leur pays d’origine lorsque leurs parents migrent à l’étranger pour travailler, ce qui peut les priver de soutien et de protection.

« Priver des millions d’enfants de protection parentale est une violation massive des droits humains et menace inutilement la stabilité et la prospérité de nos pays » a déclaré la commission, en approuvant un projet de résolution basé sur un rapport de Viorel Badea (Roumanie, PPE/DC).

« Tous les pays doivent reconnaître l’ampleur de ce phénomène et les dommages qu’il implique à long terme, et mettre en place une approche globale de la migration des travailleurs, centrée sur l’enfant et les droits humains, sensible au genre et durable sur les plans social et économique », a déclaré la commission.

Les Etats devraient privilégier une forme de migration des travailleurs qui permette aux enfants de migrer avec leurs parents s’ils le souhaitent, ont ajouté les parlementaires.

A plus long terme, les pays de destination devraient chercher à réduire leur dépendance vis-à-vis de ce qui est considéré comme une source de main-d’œuvre flexible et bon marché, tandis que les pays d’origine devraient chercher à réduire leur dépendance vis-à-vis des envois de fonds des travailleurs à l’étranger.

Les parlementaires ont demandé une série de mesures, notamment un soutien social et éducatif pour les enfants qui restent dans leur pays d’origine, des politiques de regroupement familial équitables et davantage de voies légales de migration afin de réduire le risque de conditions de travail abusives.