Logo Assembly Logo Hemicycle

Des assemblées citoyennes pour faire face au changement climatique

Afin de répondre à l’urgence de la crise climatique, les gouvernements doivent combiner « un engagement politique clair et une gouvernance descendante » permettant une contribution significative des citoyens, selon la Commission Politique réunie à Strasbourg et en visioconférence.

Le rapport de George Papandreou (Grèce, SOC), adopté par la commission, souligne que les assemblées citoyennes, notamment, sont un moyen de « faire appel à la sagesse collective, de restaurer la confiance dans la politique et de permettre aux citoyens de se réapproprier l'espace public qui a été investi par les réseaux sociaux », tout en éclairant les pouvoirs publics sur leurs préférences, ce qui reste essentiel dans une démocratie participative.

Pour être crédibles, ces assemblées citoyennes devraient fonder leur travail sur des données probantes, des perspectives et différentes formes de connaissances, sans être dominées par le pouvoir, l’argent ou des logiques partisanes, ont souligné les parlementaires. Afin de limiter l’influence des lobbies, les citoyens devraient être tirés au sort, en tenant compte de tous les groupes d’âge, niveaux de qualification, disparités socio-économiques et répartition géographique, selon la commission.

Elle préconise également de collaborer avec la communauté scientifique pour prendre des décisions fondées sur des données scientifiques. Il est important d’ouvrir les assemblées citoyennes à un large éventail de parties prenantes, dont les ONG (notamment de jeunesse), l’industrie et les militants écologistes, a-t-elle ajouté. Au final, les décideurs doivent intégrer ces propositions au processus politique, notamment par le biais des commissions parlementaires.

La commission a déclaré que ces futures assemblées citoyennes devront aller plus loin et « s’attaquer aux causes profondes de l’urgence climatique ». Cela suppose de communiquer aux citoyens les prévisions les plus frappantes sur l’impact du changement climatique, et de concevoir des procédures applicables aux décisions clés, à la définition de l’agenda, à la sélection des experts, et au vote, souligne le texte adopté.

Enfin, la commission a proposé que le Comité des ministres mette en place, en coopération avec l’UE, une « Assemblée citoyenne pour le climat et l’avenir de l’Europe » à l’échelle européenne, et de débattre de cette proposition lors du prochain Forum mondial de la démocratie (8-10 novembre 2021).