Logo Assembly Logo Hemicycle

Adhésion de la Macédoine du Nord à l'UE : "Il est grand temps d'avancer", déclare Nikola Dimitrov

S'adressant à l'Assemblée aujourd'hui, le Vice-Premier ministre chargé des Affaires européennes de la Macédoine du Nord est resté silencieux dans l'hémicycle pendant seize secondes. "C'est pour illustrer les 16 années que mon pays a été un pays candidat à l'UE, depuis 2005, et nous ne sommes toujours pas en mesure de commencer ce voyage", a déclaré Nikola Dimitrov.

La Macédoine du Nord est probablement, a-t-il déclaré, « l'exemple le plus radical, du mauvais côté des choses, de la politique d'extension de l'Union européenne. Nous avons commencé ce parcours après la Slovénie et avant la Croatie. La Croatie fête huit ans d'adhésion à l'UE et nous n'avons toujours pas commencé le voyage ». La raison de « ces générations perdues n'était pas le manque de réformes, ce n'était pas parce que nous faisions partie des guerres yougoslaves, parce que nous ne le faisions pas, c'était un problème que nous avions avec un voisin, un problème que nous avons résolu en 2018 avec le Accord Prespa », a-t-il ajouté.

"Il est vraiment temps d'aller de l'avant", c'est un moment "où nous devons assumer nos responsabilités", a déclaré M. Dimitrov. Il est temps de montrer à la région que l'UE prend au sérieux sa promesse de Thessalonique, car « cette promesse non tenue fait des ravages. Cela affaiblit les forces pro-européennes et cela rend d'autres forces – probablement plus nationalistes – plus solides », a-t-il souligné.

Si l'Europe perd la confiance des peuples des Balkans que leur avenir est avec eux, a-t-il conclu : « L'Europe risque de perdre cette région. Si nous perdons la vision européenne de la région, d'autres visions plus sinistres entreront en jeu. J'appelle les dirigeants européens à réitérer et à envoyer un signal politique fort lors du sommet en Slovénie que l'avenir de cette région est européen ».

Liens