Logo Assembly Logo Hemicycle

La situation en Iran

Déclaration écrite No. 427 | Doc. 11966 | 23 juin 2009

Signataires :
M. Jean-Claude MIGNON, France, PPE/DC ; M. Florin Serghei ANGHEL, Roumanie, PPE/DC ; M. Iosif Veniamin BLAGA, Roumanie, PPE/DC ; M. Georges COLOMBIER, France, PPE/DC ; M. Alain COUSIN, France, PPE/DC ; M. Renato FARINA, Italie, PPE/DC ; M. Bernard FOURNIER, France, PPE/DC ; M. Jean-Claude FRÉCON, France, SOC ; Mme Claude GREFF, France, PPE/DC ; M. Oskars KASTĒNS, Lettonie, ADLE ; Mme Christine MARIN, France, PPE/DC ; Mme Muriel MARLAND-MILITELLO, France, PPE/DC ; M. Bernard MARQUET, Monaco, ADLE ; M. Philippe NACHBAR, France, PPE/DC ; M. Pasquale NESSA, Italie, PPE/DC ; Mme Antigoni PAPADOPOULOS, Chypre ; M. Christos POURGOURIDES, Chypre, PPE/DC ; M. François ROCHEBLOINE, France, PPE/DC ; M. René ROUQUET, France ; Mme Maria STAVROSITU, Roumanie ; M. Luca VOLONTÈ, Italie, PPE/DC
Thesaurus

Nombreuses sont les voix pour dénoncer le déroulement des dernières élections en Iran. Il ne fallait certes pas s’attendre à des élections démocratiques. Mais l’écrasante victoire, dès le premier tour, d’un candidat dont la popularité est loin d’être acquise, défie les pronostics des meilleurs spécialistes. Elle fait également craindre pour l’avenir de l’Iran et du monde.

Les dénonciations massives de fraudes, de trucages et d’intimidations ne peuvent être passées sous silence. L’absence d’observateurs internationaux renforce encore les doutes sur la régularité du scrutin.

Dans le même temps, les violences à l’égard des manifestants font craindre une période de répression. Les premières informations font d’ailleurs état de plusieurs morts.

Par conséquent, nous demandons à ce que le Conseil de l’Europe, garant de la démocratie, des droits de l’homme et de l’Etat de droit, unisse sa voix aux différentes déclarations internationales. En montrant sa solidarité avec le peuple iranien, victime depuis tant d’années d’un régime fondé sur la terreur, le Conseil de l’Europe doit se positionner clairement pour dénoncer la provocation, la subversion et le cynisme d’un président sortant prêt à tout pour conserver le pouvoir. Dans ces conditions, il est juste d’envisager une enquête minutieuse et un nouveau scrutin.