Logo Assembly Logo Hemicycle

Vies perdues en Méditerranée: qui est responsable?

Proposition de résolution | Doc. 12617 | 23 mai 2011

Signataires :
Mme Tineke STRIK, Pays-Bas, SOC ; Mme Tina ACKETOFT, Suède, ADLE ; M. Lennart AXELSSON, Suède, SOC ; M. Mario BARBI, Italie, ADLE ; Mme Marie-Louise BEMELMANS-VIDEC, Pays-Bas, PPE/DC ; M. Márton BRAUN, Hongrie, PPE/DC ; M. André BUGNON, Suisse, ADLE ; M. Erol Aslan CEBECİ, Turquie, PPE/DC ; Mme Viola von CRAMON-TAUBADEL, Allemagne, SOC ; M. David DARCHIASHVILI, Géorgie, PPE/DC ; M. Kirtcho DIMITROV, Bulgarie, PPE/DC ; Alexander [The Earl of] DUNDEE, Royaume-Uni, GDE ; M. Relu FENECHIU, Roumanie, ADLE ; M. Paul FLYNN, Royaume-Uni, SOC ; M. Hans FRANKEN, Pays-Bas, PPE/DC ; M. Giuseppe GALATI, Italie, PPE/DC ; Mme Annette GROTH, Allemagne, GUE ; M. Jim HOOD, Royaume-Uni, SOC ; M. Jean HUSS, Luxembourg, SOC ; M. Tiny KOX, Pays-Bas, GUE ; M. Dirk Van der MAELEN, Belgique, SOC ; Mme Liliane MAURY PASQUIER, Suisse, SOC ; Mme Hermine NAGHDALYAN, Arménie, ADLE ; Mme Mirosława NYKIEL, Pologne, PPE/DC ; Mme Carina OHLSSON, Suède, SOC ; M. Petar PETROV, Bulgarie, PPE/DC ; M. Jørgen POULSEN, Danemark, ADLE ; M. Jakob PRESEČNIK, Slovénie, PPE/DC ; M. Milorad PUPOVAC, Croatie, SOC ; Mme Marlene RUPPRECHT, Allemagne, SOC ; M. Giacomo SANTINI, Italie, PPE/DC ; M. Marc SPAUTZ, Luxembourg, PPE/DC ; M. Stefaan VERCAMER, Belgique, PPE/DC ; M. Jordi XUCLÀ, Espagne, ADLE
Thesaurus

On estime à plus d'un millier le nombre de personnes qui ont péri dans les flots de la Méditerranée depuis janvier 2011 en essayant d'atteindre les côtes du continent européen. Selon le HCR, cinq bateaux en provenance de Libye avec, à leur bord, 2 400 personnes au total sont parvenus à Lampedusa ; certains d'entre eux ont dû faire l'objet d'opérations de sauvetage pour arracher des êtres humains à la mort. Trois autres bateaux qui auraient transporté jusqu'à 800 personnes ont disparu.

Le 8 mai, le quotidien britannique « the Guardian » a signalé que 61 « boat people » fuyant la Libye avaient perdu la vie après que leurs appels au secours eurent été ignorés par les bâtiments militaires croisant en Méditerranée. Le bateau en détresse intercepté a dérivé pendant 16 jours avant que les courants ne le ramènent sur les côtes libyennes. Selon des témoins, une fois de retour en Libye, les dix survivants ont été emprisonnés pendant des jours et, au cours de cette détention, une personne est morte.

Suite à ce tragique incident, le Président de l'Assemblée a demandé qu'une enquête approfondie sur les circonstances du décès de ces 61 personnes soit ouverte immédiatement.

L'Assemblée devrait effectuer une enquête sur cet incident particulier mais aussi sur d'autres cas où une meilleure coordination en matière d'interception et de secours aurait pu sauver des vies humaines. Aucun navire n'a le droit d'ignorer la présence d'un autre navire en détresse en pleine mer. Etant donné que, le conflit perdurant, un nombre accru d'embarcations de fortune vont probablement quitter les côtes libyennes, l'Europe devrait faire le maximum pour apporter une aide humanitaire, empêcher la perte de vies humaines en mer et assurer une protection si nécessaire.

;