Logo Assembly Logo Hemicycle

La violence à la télévision et son influence sur les enfants

Proposition de résolution | Doc. 12858 | 31 janvier 2012

Auteur(s) :
plusieurs membres de l'Assemblée
Signataires :
Mme Elvira KOVÁCS, Serbie, PPE/DC ; M. Pedro AGRAMUNT, Espagne, PPE/DC ; M. Miloš ALIGRUDIĆ, Serbie, PPE/DC ; M. Viorel Riceard BADEA, Roumanie, PPE/DC ; M. Márton BRAUN, Hongrie, PPE/DC ; M. Arcadio DÍAZ TEJERA, Espagne, SOC ; M. Erich Georg FRITZ, Allemagne, PPE/DC ; M. György FRUNDA, Roumanie, PPE/DC ; M. Jean-Charles GARDETTO, Monaco, PPE/DC ; M. Valeriu GHILETCHI, République de Moldova, PPE/DC ; Mme Sylvi GRAHAM, Norvège, PPE/DC ; M. Andres HERKEL, Estonie, PPE/DC ; M. Željko IVANJI, Serbie, PPE/DC ; M. Ferenc KALMÁR, Hongrie, PPE/DC ; M. Václav KUBATA, République tchèque, PPE/DC ; M. Pavol KUBOVIČ, République slovaque, PPE/DC ; Mme Nicole MANZONE-SAQUET, Monaco, PPE/DC ; M. Edgar MAYER, Autriche, PPE/DC ; M. José MENDES BOTA, Portugal, PPE/DC ; M. Gebhard NEGELE, Liechtenstein, PPE/DC ; Mme Elsa PAPADIMITRIOU, Grèce, PPE/DC ; Mme Zaruhi POSTANJYAN, Arménie, PPE/DC ; M. Giacomo SANTINI, Italie, PPE/DC ; M. Serhiy SOBOLEV, Ukraine, PPE/DC ; Mme Maria STAVROSITU, Roumanie, PPE/DC ; M. Latchezar TOSHEV, Bulgarie, PPE/DC ; M. Luca VOLONTÈ, Italie, PPE/DC ; M. Emanuelis ZINGERIS, Lituanie, PPE/DC
Thesaurus

Une étude sur l'exposition des enfants à la violence en Nouvelle-Zélande montre que l'expérience la plus commune est de regarder les gens se battre et tuer à la télévision. L’évidente conclusion de cette étude est que la meilleure façon de réduire la violence dans la vie des enfants est d'éteindre la télé.

90 % des 2077 écoliers de l’étude âgés de 9 à 13 ans ont dit qu'ils avaient vu des actes de violence dans les films et les spectacles. Environ les deux tiers d'entre eux ont dit avoir directement subi des violences physiques; les deux tiers ont également déclaré avoir été témoins directs de violence physique envers d’autres enfants; 27 % ont déclaré avoir été témoins de violences contre des adultes, principalement à cause de ruptures familiales.

L'étude a également constaté que la violence physique contre les adultes et dans les médias avait plus d'impact que la violence physique envers d’autres enfants. C’est pourquoi les parents peuvent choisir le programme que leurs enfants regardent ou les jeux vidéo auxquels ils jouent. L'étude a montré que la "violence émotionnelle" était encore plus répandue et que 11 % des enfants avaient subi des violences sexuelles, ce qui est comparable aux 12 % d’une étude américaine.

L'Assemblée parlementaire doit examiner cette question de toute urgence et inviter les organisations internationales et les parlements et les gouvernements nationaux à prioriser la protection des enfants et condamner toutes formes de violence contre les enfants, qui sont les êtres humains les plus faibles et les plus innocents.

;