Logo Assembly Logo Hemicycle

Mettre fin à la violence et à l’exploitation des enfants migrants

Proposition de résolution | Doc. 14363 | 28 juin 2017

Signataires :
M. Andrea RIGONI, Italie, ADLE ; M. Volodymyr ARIEV, Ukraine, PPE/DC ; Mme Anastasia CHRISTODOULOPOULOU, Grèce, GUE ; M. Boriss CILEVIČS, Lettonie, SOC ; Mme Nicole DURANTON, France, PPE/DC ; Mme Christiana EROTOKRITOU, Chypre, SOC ; Mme Doris FIALA, Suisse, ADLE ; M. Pierre-Alain FRIDEZ, Suisse, SOC ; M. Simonas GENTVILAS, Lituanie, ADLE ; M. Domagoj HAJDUKOVIĆ, Croatie, SOC ; Mme Susanna HUOVINEN, Finlande, SOC ; Mme Mariia IONOVA, Ukraine, PPE/DC ; Mme Kristin Ørmen JOHNSEN, Norvège, PPE/DC ; M. Duarte MARQUES, Portugal, PPE/DC ; M. Orhan MİROĞLU, Turquie, CE ; M. Killion MUNYAMA, Pologne, PPE/DC ; M. Jarosław OBREMSKI, Pologne, CE ; M. Martin POLIAČIK, République slovaque, ADLE ; M. Georgios PSYCHOGIOS, Grèce, GUE ; Mme Ulla SANDBÆK, Danemark, GUE ; M. Serhiy SOBOLEV, Ukraine, PPE/DC ; M. Egidijus VAREIKIS, Lituanie, PPE/DC ; M. Francesco VERDUCCI, Italie, SOC ; Mme Serap YAŞAR, Turquie, CE ; Mme Naira ZOHRABYAN, Arménie, CE

L’Europe a connu une hausse considérable du nombre d’enfants migrants ou réfugiés arrivant seuls ou accompagnés de membres de leur famille. En 2015 – 2016 seulement, 160 000 enfants non accompagnés ont déposé des demandes d’asile en Europe. Comme la majorité d’entre eux arrivent en Europe par des voies illégales, au risque de se heurter à des trafiquants et à des passeurs, ils sont souvent victimes de violences, d’abus et d’exploitation.

En outre, certains pays d’Europe continuent d’avoir recours à la pratique nuisible consistant à placer les enfants migrants en rétention, ce qui a des effets préjudiciables sur leur santé et leur développement. Les enfants migrants risquent souvent d’être victimes de violences sexuelles, plus particulièrement dans les centres d’accueil des migrants, où ils sont mélangés aux adultes. Ils sont également victimes de harcèlement, de discrimination et de xénophobie dans les pays d’accueil. Selon des rapports de l’Unicef, certains enfants migrants sont contraints de se prostituer et sont exploités à des fins sexuelles par les passeurs et les trafiquants.

Malheureusement, l’absence de stratégie gouvernementale et non-gouvernementale commune pour la prévention de la violence, de locaux spécialisés pour héberger les enfants migrants ainsi que de personnels professionnels qualifiés expose les enfants migrants à un risque grave de violences.

Les gouvernements des États membres du Conseil de l’Europe devraient adopter une stratégie commune sur la manière de lutter contre les violences dont sont victimes les enfants migrants et garantir une protection solide de leurs droits. Cette stratégie devrait inclure de prévoir davantage de possibilités pour l’entrée sûre et légale sur leur territoire des enfants migrants, de mettre en œuvre des politiques pour des solutions alternatives à la rétention des enfants migrants et de leur fournir un accès gratuit à tous les services ainsi qu’une protection de leur santé, garantissant ainsi les meilleures conditions pour leur adaptation à leur nouvel environnement dans les pays d’accueil. L’Assemblée parlementaire pourrait proposer, en s’inspirant des résultats de la Campagne parlementaire visant à mettre fin à la rétention d’enfants migrants – qui a duré deux ans, de nouvelles mesures en faveur de la protection des enfants migrants.