Logo Assembly Logo Hemicycle

La gouvernance du football et l’éthique : les affaires ou les valeurs ?

Proposition de résolution | Doc. 14447 | 07 décembre 2017

Signataires :
Mme Anne BRASSEUR, Luxembourg, ADLE ; M. Volodymyr ARIEV, Ukraine, PPE/DC ; Mme Gülsün BİLGEHAN, Turquie, SOC ; M. José CEPEDA, Espagne, SOC ; M. Paolo CORSINI, Italie, SOC ; Lord George FOULKES, Royaume-Uni, SOC ; M. Andries GRYFFROY, Belgique, NI ; Mme Rózsa HOFFMANN, Hongrie, PPE/DC ; Mme Maura HOPKINS, Irlande, PPE/DC ; M. Rafael HUSEYNOV, Azerbaïdjan, ADLE ; Mme Lotta JOHNSSON FORNARVE, Suède, GUE ; M. Luís LEITE RAMOS, Portugal, PPE/DC ; M. Suat ÖNAL, Turquie, CE ; Mme Agnieszka POMASKA, Pologne, PPE/DC ; M. Frédéric REISS, France, PPE/DC ; Mme María Concepción de SANTA ANA, Espagne, PPE/DC ; M. Stefan SCHENNACH, Autriche, SOC ; M. Bertrand SORRE, France, NI ; Mme Rita TAMAŠUNIENĖ, Lituanie, CE ; Mme Zühal TOPCU, Turquie, CE

Le football est le sport le plus joué, le plus suivi et le plus aimé. Son caractère universel et son impact médiatique, en font un vecteur idéal de nos valeurs communes. Ce sport magnifique est néanmoins au centre de multiples scandales: dopage, matchs truqués, corruption, évasion fiscale. Il est aussi au cœur d’un complexe écosystème – où interagissent plusieurs acteurs appartenant aux mondes sportif, économique, médiatique et politique – qui est aujourd’hui caractérisé par la démesure financière.

Les flux d’argent générés par la commercialisation des droits de retransmission, le sponsoring, les transferts des champions et les émoluments qui leur sont versés, ainsi qu’à leurs agents, sont vertigineux. Cela n’est que le sommet d’un complexe réseau économique et financier qui comprend, par exemple, la propriété des clubs, le merchandising et la commercialisation de produits sportifs, les paris sportifs, la vente de billets, mais aussi les coûts pour les infrastructures et d’autres coûts soutenus par les pouvoirs publics en relation avec l’organisation d’événements sportifs.

Les excès auxquels on assiste sont socialement inacceptables et l’effort consenti par les pouvoirs publics ne semble profiter qu’à un nombre restreint de privilégiés. Des liaisons dangereuses s’établissent entre le sport, le monde des affaires et la politique. Les inégalités se creusent entre les joueurs, les clubs, les ligues, les associations nationales, entre une élite du football et tous les autres. Des questions délicates se posent concernant le fair-play financier, la propriété des joueurs, le plafonnement de leurs salaires, mais aussi leurs droits sociaux.

L’Assemblée parlementaire doit continuer ses travaux et chercher avec les partenaires du monde du football les mesures pouvant aider à rétablir un équilibre entre la sauvegarde d’intérêts particuliers légitimes et la sauvegarde des valeurs du sport et de l’intérêt général.