Logo Assembly Logo Hemicycle

Justice et sécurité pour les femmes dans les processus de paix et de réconciliation

Proposition de résolution | Doc. 15045 | 28 janvier 2020

Signataires :
Mme Yevheniia KRAVCHUK, Ukraine, ADLE ; Mme Maryna BARDINA, Ukraine, ADLE ; Mme Petra BAYR, Autriche, SOC ; M. Olivier BECHT, France, ADLE ; M. Bertrand BOUYX, France, ADLE ; Mme Yolaine de COURSON, France, ADLE ; Sir Jeffrey DONALDSON, Royaume-Uni, CE/AD ; M. Fabien GOUTTEFARDE, France, ADLE ; M. Dimitri HOUBRON, France, ADLE ; M. Michael Aastrup JENSEN, Danemark, ADLE ; M. Serhii KALCHENKO, Ukraine, CE/AD ; M. Yuriy KAMELCHUK, Ukraine, PPE/DC ; M. Claude KERN, France, ADLE ; Mme Elvira KOVÁCS, Serbie, PPE/DC ; M. Oleksandr KOVALCHUK, Ukraine, ADLE ; Mme Martine LEGUILLE BALLOY, France, ADLE ; M. Andrii LOPUSHANSKYI, Ukraine, ADLE ; M. Kęstutis MASIULIS, Lituanie, PPE/DC ; Mme Yuliia OVCHYNNYKOVA, Ukraine, ADLE ; Mme Isabelle RAUCH, France, ADLE ; Mme Petra STIENEN, Pays-Bas, ADLE ; M. Sylvain WASERMAN, France, ADLE ; Mme Martine WONNER, France, ADLE

Les lentes et inégales avancées de la lutte en faveur de l’égalité entre hommes et femmes dans l’ensemble des États membres est entravée, notamment, par les zones de conflits endémiques. Les femmes et filles de la population civile qui résident dans les zones à risques sont particulièrement la cible d’actes d’intimidation et de discrimination tant au cours des phases actives des interventions militaires que pendant les étapes du rétablissement de la paix, ces dernières n’assurant pas nécessairement la sécurité locale des femmes et des filles. Ces étapes durent parfois des décennies et entraînent au quotidien une discrimination dans tous les domaines de l’existence de chaque personne.

La justice est un facteur essentiel, qui facilite la réconciliation et la paix et permet consécutivement à des millions de femmes de reprendre le cours de leur existence sur le continent européen et dans le reste du monde.

Il importe que l’Assemblée parlementaire fasse le bilan des initiatives prises par les États membres pour mettre fin à la discrimination dont sont victimes les femmes et les filles, en particulier dans le cadre des processus de paix et de réconciliation, en assurant un suivi du respect des principes généraux de la justice en période de transition. L’Assemblée devrait, à partir de ses constatations, fournir des éléments d’orientation en vue de mettre fin à la discrimination des femmes et des filles dans les sociétés post-conflit et promouvoir les bonnes pratiques en la matière.