Logo Assembly Logo Hemicycle

Intelligence artificielle et changement climatique

Proposition de résolution | Doc. 15068 | 03 février 2020

Signataires :
M. Alvise MANIERO, Italie, NI ; M. Aleksandr BASHKIN, Fédération de Russie, NI ; Mme Deborah BERGAMINI, Italie, PPE/DC ; Mme Marina BERLINGHIERI, Italie, SOC ; M. Maurizio BUCCARELLA, Italie, NI ; Mme Sabrina DE CARLO, Italie, NI ; M. Constantinos EFSTATHIOU, Chypre, SOC ; M. Gerardo GIOVAGNOLI, Saint-Marin, SOC ; M. Antonio GUTIÉRREZ, Espagne, SOC ; M. Igor KAGRAMANYAN, Fédération de Russie, NI ; M. Tiny KOX, Pays-Bas, GUE ; M. Gianni MARILOTTI, Italie, NI ; Mme Ada MARRA, Suisse, SOC ; M. Marco NICOLINI, Saint-Marin, GUE ; M. Sergei PAKHOMOV, Fédération de Russie, NI ; M. Roberto RAMPI, Italie, SOC ; M. Alberto RIBOLLA, Italie, CE/AD ; Mme Maria RIZZOTTI, Italie, PPE/DC ; Mme Irina RODNINA, Fédération de Russie, NI ; M. Filippo SCERRA, Italie, NI ; M. Stefan SCHENNACH, Autriche, SOC ; M. Francesco SCOMA, Italie, PPE/DC ; M. Aleksandar ŠEŠELJ, Serbie, NI

En ce début de 21e siècle, il est probable que le changement climatique devienne le principal défi auquel la planète est confrontée.

Dans ce contexte, les nouvelles technologies telles que l’intelligence artificielle peuvent fortement participer à l’aggravation du problème, mais aussi offrir une possibilité de solution.

Les industries technologiques sont critiquées en raison des quantités importantes d’énergie nécessaires au fonctionnement des infrastructures informatiques. En conséquence, les principales sociétés du secteur ont amélioré l’efficacité de leurs centres de données et veillé à ce qu’ils soient au moins partiellement alimentés par des énergies renouvelables.

Malgré tout, la puissance de calcul nécessaire à la gestion de l’intelligence artificielle a été multipliée par 300 000 de 2012 à 2018, et comme de plus en plus de sociétés de différents secteurs industriels ont recours à de tels algorithmes il est à craindre que cette technologie aggrave la crise climatique.

En réponse à ces craintes, quelques-uns des plus grands noms du domaine de l’intelligence artificielle et de l’apprentissage machine, une discipline de ce secteur, ont récemment publié un document intitulé «Lutter contre le changement climatique par l'apprentissage machine». Il propose 13 domaines dans lesquels l’apprentissage machine peut être déployé, dont la production d’énergie, l’élimination du CO2, l’éducation, la géo-ingénierie solaire et la finance. À l’intérieur de ces domaines, les possibilités envisagées sont une amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments, la création de matériaux à faible impact carbone, un meilleur suivi du déboisement et des transports plus verts. Toutefois, malgré son potentiel, il est réaliste de penser que l’intelligence artificielle ne permettra pas de résoudre tous les problèmes.

Étant donné la forte contribution des industries technologiques aux changements climatiques, il semble évident que les décideurs politiques devraient accorder une attention supplémentaire à leur impact sur le climat. Par conséquent, comment les politiques climatiques peuvent-elles mieux prendre en compte les technologies (et en particulier l’intelligence artificielle)?

L’Assemblée parlementaire devrait examiner ces questions et formuler des propositions en vue d’alimenter les débats dans les instances nationales et européennes.

;