Logo Assembly Logo Hemicycle

Grèce : la Présidente appelle à une plus grande solidarité

A l’issue d’une visite officielle en Grèce du 7 au 8 mai, Anne Brasseur a salué l’engagement d’une très large majorité de la classe politique grecque aux valeurs du Conseil de l’Europe, la démocratie et les droits de l’homme sur un fond de difficulté économique et financière énorme tout en appelant les Etats membres de l’organisation à une plus grande solidarité.

« Je salue l’attachement profond de la Grèce aux valeurs du Conseil de l’Europe, à la Démocratie et aux droits de l’homme. Sur un fond de difficulté économique et financière énorme une très large majorité de la classe politique grecque s’engage en faveur de ces valeurs. Je suis consciente des grands sacrifices auxquels les citoyens grecs sont soumis. La population a souffert et continue de souffrir des restrictions budgétaires qui doivent être opérées.

La Grèce doit faire face à deux grands défis : la gestion des flux migratoires et la lutte contre le racisme et la xénophobie. Mais la Grèce ne peut et ne doit pas mener ces combats seule. Comme l’a souligné l’APCE dans sa résolution 1820 (2011), la protection des demandeurs d’asile et des réfugiés dans le monde ne peut être assurée sans un partage des responsabilités entre les Etats. Nous devons faire preuve d’une plus grande solidarité.

Le combat contre la xénophobie, le racisme et la montée du nationalisme appelle une réponse commune et résolue de tous les partis démocratiques, au-delà des clivages politiques. Nous devons trouver une plateforme commune pour mettre un terme à une tendance dangereuse que l’on observe en Grèce et ailleurs en Europe » a déclaré la Présidente de l’APCE.

Au cours de sa visite, elle a notamment rencontré le Président de la République, le Président du Parlement, le Ministre de l’intérieur, le Vice-Ministre des affaires étrangères, le Secrétaire général de la protection civile du Ministère de l’Ordre Public et de la Protection des citoyens et les représentants des groupes politiques parlementaires. Elle s’est également rendue au Commissariat de Petrou Ralli et s’est entretenue avec des migrants détenus dans des conditions très difficiles. « Si les conditions hygiéniques sont respectées, j’ai été particulièrement consternée par l’ampleur des restrictions à la liberté de mouvement et par l’absence de perspectives qui rendent les situations individuelles désespérantes. Nous devons travailler de concert pour atteindre des standards améliorant les conditions des personnes retenues dans ces centres en Grèce, comme ailleurs en Europe, » a-t-elle conclu.