Logo Assembly Logo Hemicycle

Le sport ne doit pas être une zone de non-droit

« Le sport ne doit pas être une zone de non-droit » a déclaré aujourd’hui Anne Brasseur, Présidente de l’APCE, à Macolin (Suisse), s’exprimant à l’ouverture de la conférence des ministres européens du sport, organisée par le Conseil de l’Europe, en partenariat avec l’Office fédéral suisse du sport.

« Que le sport soit une activité économique florissante n’est en soi pas critiquable ; les problèmes surgissent lorsque les questions d’argent et de pouvoir se combinent avec le manque de transparence dans les processus décisionnels, et que les dispositifs de prévention et de sanctions offrent des échappatoires à ceux qui trichent », a ajouté Mme Brasseur. La Présidente a réaffirmé la nécessité de lutter contre la corruption au sein des instances sportives et d’améliorer la gouvernance du sport, notamment par l’autoréglementation et le développement d’une culture de la transparence.

Ancienne rapporteure de l’APCE sur les matchs truqués, Anne Brasseur a également salué la nouvelle Convention du Conseil de l’Europe sur la manipulation de compétitions sportives, ouverte aujourd’hui à la signature des Etats membres et non membres du Conseil de l’Europe. « Cette convention est le résultat d’un vaste processus collaboratif », a-t-elle souligné, évoquant une collaboration exemplaire entre l’Accord partiel élargi sur le sport et l’APCE, mais aussi entre le Conseil de l’Europe et le monde du sport ainsi qu’avec les opérateurs de paris sportifs. « Nous devrons aboutir dans les plus brefs délais à la ratification et à l’entrée en vigueur de cette convention, et impliquer des Etats non européens tels que les Etats-Unis ou la Chine et d’autres pays d’Asie ».

« Les fonds gérés par les organisations sportives ne sont pas de ‘l'argent privé’; il s'agit de l'argent du public et ceux qui le gèrent doivent rendre des comptes au public », a souligné Michael Connarty (Royaume-Uni, SOC), Vice-Président de la Sous-commission de l'éducation, de la jeunesse et du sport de l’APCE, dans son allocution. « Afin d’améliorer la gouvernance dans le sport, nous devons développer une approche multidisciplinaire et globale, prévoir une possibilité de recours et de récupération des fonds en cas de détournement de fonds, et garantir une surveillance périodique de la gouvernance du sport au niveau européen et mondial », a-t-il ajouté.

Des membres de cette sous-commission participeront demain au siège de la FIFA à Zurich, à un échange de vues avec des représentants de la FIFA – notamment le Directeur de la communication et le Directeur des Affaires juridiques – ainsi qu’avec le Président et le Vice-président de la Chambre d'instruction de la Commission d'éthique de la FIFA. La discussion portera sur la réforme de la gouvernance du football.