Logo Assembly Logo Hemicycle

Anne Brasseur : "La globalisation doit être humanisée et démocratisée"

« Nous saluons avec reconnaissance votre engagement pour défendre les valeurs qui sont à la base de la Convention européenne des Droits de l’Homme, valeurs qui unissent tous les Européens. Notre but est de construire une Europe unie sur la base de valeurs communes tout en respectant notre diversité ; c’est ce qui constitue notre force et notre richesse », a déclaré la Présidente de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) Anne Brasseur aujourd’hui, en accueillant le Pape François venu s’exprimer devant le Conseil de l’Europe lors d’une session solennelle de l’ensemble de ses institutions.

« Notre objectif commun doit être d’humaniser et démocratiser le processus de globalisation, » a-t-elle poursuivi en se référant au discours du Pape aujourd’hui et son homélie à Lampedusa en juillet dernier dans laquelle il a dénoncé la « globalisation de l’indifférence ».

« La dimension religieuse du dialogue interculturel est au centre de nos préoccupations. Je vous suis infiniment reconnaissante de votre proposition de créer une nouvelle agora comme plate-forme de dialogue et d’échange. Ce dialogue est plus important que jamais, alors que certains prêchent la violence et justifient les plus graves atteintes aux droits de l’homme en se fondant sur la croyance, ce qui discrédite des communautés et des cultures entières ainsi que l’essence même de la religion », a souligné la Présidente de l’APCE.

« Nous devons rester unis pour contrer cette tendance. Les représentants de toutes les religions ainsi que des mouvements laïques doivent réfuter ensemble toute forme de violence et de haine. Nous devons détruire l’idée que la religion peut justifier une violation des droits de l’homme et nous devons dire haut et fort que cette idée est une aberration dangereuse », a-t-elle souligné.

« Aujourd’hui il existe encore de nombreux murs à travers le monde et nous sommes conscients du risque d’en voir de nouveaux être érigés. Ce ne sont non seulement des murs en béton mais, ce qui est peut-être plus grave encore, ce sont les murs dans nos esprits. Ensemble nous devons les détruire et empêcher qu’émergent de nouvelles divisions. Sinon, nous trahissons nos missions essentielles », a-t-elle conclu.