Logo Assembly Logo Hemicycle

La Présidente de l'APCE appelle à faire de l'autonomisation des femmes et des filles une priorité

 « L’Europe doit être aux avant-postes du mouvement d’autonomisation des femmes et des filles aujourd’hui », a déclaré Anne Brasseur, Présidente de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, qui représente tous les pays du continent. Elle a exhorté les dirigeants réunis à Addis-Abeba pour le sommet de l’ONU sur le financement du développement à inscrire parmi les priorités des nouveaux Objectifs de développement durable la lutte contre les inégalités persistantes entre les femmes et les hommes.

La Présidente a également rappelé aux gouvernants l’importance de garantir la santé et les droits sexuels et reproductifs des femmes et des filles : « L’Assemblée est convaincue que garantir la santé et les droits sexuels et reproductifs des femmes et des filles, notamment pour éviter les grossesses non désirées et continuer à faire reculer la mortalité maternelle, est indispensable au processus d’autonomisation que nous appelons de nos vœux. Les Objectifs de développement durable ne doivent pas être moins ambitieux que les Objectifs du millénaire pour le développement ».

L’Assemblée a adopté l’an dernier la Résolution 1975 (2014), intitulée « Intensifier les efforts de lutte contre les inégalités au niveau mondial : la contribution de l’Europe au processus des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) », qui met en avant quatre domaines importants à intégrer aux nouveaux Objectifs de développement durable :

1. renforcer l'autonomie des femmes et des filles dans toutes les sphères de la société, y compris au sein de la famille, dans l'éducation, sur le marché du travail et dans les processus de prise de décisions politiques, leur permettant ainsi d'avoir accès aux ressources et aux possibilités offertes, et à une juste part de pouvoir ;

2. promouvoir la garantie de la santé et des droits sexuels et reproductifs des femmes et des filles, notamment en vue d'éviter les grossesses non désirées et de réduire davantage la mortalité maternelle ;

3. intensifier la lutte contre la violence à l'égard des femmes et des filles de la manière la plus ferme qui soit, au moyen de programmes de prévention et de campagnes, y compris de mesures de protection des victimes ;

4. créer l'égalité des chances pour les femmes et les jeunes en matière d'accès à une éducation de qualité et à des emplois décents.

Rapport