Logo Assembly Logo Hemicycle

La Présidente appelle les autorités religieuses à condamner l’intolérance, la discrimination, la haine et la violence

Dans son discours à l’occasion de l’ouverture de l'année thématique 2016 « La réforme et le monde global », dans le cadre de la décennie de Luther, Anne Brasseur a
appelé toutes les autorités religieuses à condamner ouvertement et sans réserve l’intolérance, la discrimination, la haine et la violence.

« La religion et la foi – de même que les convictions laïques – ne sauraient ni admettre ni justifier des comportements dictés par le mépris de l’autre et nous devons tous œuvrer pour les éradiquer, » a souligné la Présidente de l’APCE.

« Aujourd’hui, nous sommes confrontés à une recrudescence des manifestations d’intolérance, de rejet et de violence ; la cohésion sociale risque d’en pâtir. Il est urgent d’établir un nouveau paradigme du vivre ensemble. Chacun doit non seulement accepter l’existence de sensibilités diverses, religieuses ou non, mais aussi les respecter. Feindre l’indifférence est inapproprié ; se sentir menacé est une erreur », a-t-elle déclaré.

« Il est de notre responsabilité de nous unir, malgré nos différences religieuses, culturelles, nationales ou historiques, pour défendre les valeurs de la démocratie, des droits de l’homme et de l’Etat de droit, valeurs qui sont plus que jamais menacées », a-t-elle conclu.

Mme Brasseur a rappelé que « ce sont les valeurs fondamentales du Conseil de l’Europe qui doivent constituer la base de ce qui nous unit. Aucune religion, aucun courant de pensée ne peut s’y substituer et encore moins se placer au-dessus de ces valeurs fondamentales. Aussi est-il indispensable que les diverses églises et communautés religieuses défendent la Convention européenne des droits de l’homme, et affirment l’égale dignité de toutes les personnes ainsi que leur adhésion sans réserve aux principes démocratiques et aux droits de l’homme».

« Dans la discussion sur l’accueil des migrants, on entend de plus en plus souvent des voix qui souhaitent lier l’accueil des demandeurs d’asile et des réfugiés à leur appartenance religieuse et qui ne souhaitent accueillir que des chrétiens. Ceci n’est cependant pas chrétien. Une telle approche ségrégative est inacceptable et va à l’encontre de la Convention européenne des droits de l’homme, » a-t-elle ajouté.

Enfin, elle a lancé un appel pour mettre en place des politiques qui disent non à la haine. Rappelant que l’Alliance parlementaire contre la haine avait été lancée par l’APCE en janvier dernier afin de rallier des parlementaires des Etats membres du Conseil de l’Europe qui s'engagent à prendre des positions publiques, fermes et proactives contre le racisme, la haine et l'intolérance, Mme Brasseur a exprimé l’espoir de voir cette Alliance élargie à d’autres instances internationales, telles que le Parlement européen et l’Union interparlementaire, ainsi qu’au monde associatif, sportif et religieux. « Je me félicite que Sa Sainteté le Pape ait accepté de soutenir notre Alliance parlementaire contre la haine ».

Le rôle du Conseil de l’Europe dans la défense de ses valeurs, la gestion de l’arrivée massive de réfugiés, les attentes par rapport à l’Alliance parlementaire contre la haine ont également été évoqués à l’occasion de cette manifestation dans le cadre des rencontres bilatérales de la Présidente de l’APCE avec l'ancien Président Fédéral d'Allemagne Horst Köhler, ainsi qu’avec le Ministre d'Etat aux affaires européennes, Michael Roth et son homologue français, le Secrétaire d'État Harlem Désir.