Logo Assembly Logo Hemicycle

Les rapporteurs de l’APCE atterrés par la condamnation à mort prononcée au Bélarus

Deux rapporteurs de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) se sont dits atterrés par la condamnation à mort prononcée la semaine dernière au Bélarus, et invitent instamment les autorités à ne pas l’exécuter.

« La peine capitale va à l’encontre des valeurs du Conseil de l’Europe et n’a pas sa place sur notre continent », ont déclaré Andrea Rigoni (Italie, ADLE), rapporteur de l’APCE sur la situation au Bélarus, et Marietta Karamanli (France, SOC), rapporteure générale sur l’abolition de la peine de mort.

« Quelle qu’ait été la gravité des crimes commis par le condamné, et tout en exprimant notre plus profonde sympathie aux familles des victimes, nous comptons bien que cette sentence ne sera pas exécutée si elle était confirmée en appel », ont-ils déclaré. Ivan Kulesh a été condamné à mort par le Tribunal régional de Hrodna le 20 novembre.

« Nous déplorons particulièrement cette condamnation à mort du fait qu’elle interrompt un courant relativement positif de relations entre le Bélarus et les organisations européennes, marqué par la libération de tous les prisonniers politiques au Bélarus, par l’absence de violences durant et après les élections présidentielles – qui, pour la première fois depuis 2001, ont été observées par l’Assemblée parlementaire, à l’invitation du Parlement du Bélarus – et par la suspension temporaire des sanctions par l’Union européenne », ont-ils ajouté.

« Nous invitons fermement les dirigeants du Bélarus à introduire un moratoire sur la peine capitale, qui sera le premier pas vers son abolition totale. Cette décision, qui pourrait être prise à tout moment par le Président, le Parlement ou la Cour constitutionnelle, montrerait que la protection des droits de l’homme progresse, mais aussi que les autorités sont désireuses de renforcer leurs relations avec les organisations européennes ».