Logo Assembly Logo Hemicycle

Les réfugiés sont en danger en Grèce, déclare la commission

Lors de la présentation de son rapport intitulé « Les réfugiés en danger en Grèce », Mme Tineke Strik (Pays-Bas, SOC) a déclaré que « l’Union européenne, dont les valeurs fondamentales sont supposées être la solidarité, la coopération et le respect des droits de l’homme et de l’état de droit, a échoué à apporter un soutien adéquat ou à assurer un partage plus équitable des responsabilités entre tous ses Etats membres. Elle a soutenu tacitement la fermeture des frontières le long de la route des Balkans occidentaux et conclu l’accord avec la Turquie du 16 mars ».

La Commission des migrations, des réfugiés et des personnes déplacées s’accorde à dire que du simple fait de sa position sur la carte, la Grèce doit supporter une charge totalement disproportionnée alors qu’à tous les autres égards, c’est peut-être le pays le moins bien placé de tous les Etats membres de l’Union européenne pour assumer cette responsabilité.

La commission était particulièrement préoccupée par les conditions de vie dans les centres d’accueil sur le continent, bien inférieures aux normes acceptables, la rétention, dans ces « hotspots », de personnes vulnérables – et notamment de femmes et d’enfants –, ce qui les expose à des risques de violence, d’exploitation et d’abus, et le risque de renvoi des demandeurs d’asile en vertu de l’accord UE-Turquie, bien que ces retours semblent incompatibles avec le droit de l’Union européenne et le droit international.

Elle a adopté un projet de résolution en vue d’assurer le respect des droits fondamentaux des réfugiés et des migrants, soutenir les autorités et la société grecques dans leurs efforts pour résoudre les problèmes actuels et renforcer la solidarité entre pays européens en réponse à une crise qui doit être reconnue comme un problème européen et global et non uniquement grec. Elle appelle en particulier à mettre en œuvre pleinement et sans tarder les accords de septembre 2015 sur la relocalisation depuis la Grèce et à procéder à des détachements de personnel national à l’appui des services d’asile grecs.