Logo Assembly Logo Hemicycle

'L'inclusion et l'intégration sont la clé pour combattre la radicalisation'

«L'inclusion et l'intégration sont la clé pour lutter contre la radicalisation menant au terrorisme. En tant que représentants directs des citoyens, les parlementaires ont une responsabilité particulière de travailler au sein de leurs communautés, de promouvoir le dialogue, la compréhension et l'inclusion », a déclaré aujourd'hui le Président de l'APCE à Saint-Pétersbourg s'adressant à la Conférence parlementaire internationale sur la lutte contre le terrorisme coorganisée par l'Assemblée interparlementaire des États membres de la CEI et l'Assemblée parlementaire de l'OSCE.

«Tout en rassurant nos citoyens, nous devrions aussi dénoncer le discours populiste et toute tentative d'utiliser et d'abuser de la rhétorique de sécurité pour diviser davantage nos sociétés. La rhétorique populiste peut être un outil dans les mains de terroristes. Nous ne devrions pas laisser cela se produire », a déclaré Pedro Agramunt.

Le Président a souligné quatre domaines d'action dans lesquels les parlementaires devraient concentrer leurs efforts pour défendre les sociétés démocratiques contre la menace terroriste: réaffirmer publiquement et dans les termes les plus fermes la condamnation absolue de tous les actes de terrorisme, le combattre dans le respect des droits de l'homme et de l'État de droit, élaborer un nouvel arsenal juridique pour lutter contre le terrorisme et s'attaquer aux causes profondes de l'extrémisme et de la radicalisation.

Pedro Agramunt a décrit l'initiative #NiHaineNiPeur comme une activité prioritaire pour l'Assemblée parlementaire. Depuis son lancement officiel en juin 2016, elle a bénéficié du soutien de nombreux parlementaires, chefs d'État, ministres et hauts fonctionnaires, dont le Secrétaire général des Nations Unies, ainsi que des citoyens ayant une expérience personnelle du terrorisme, comme Antoine Leiris , Luciana Milani, mère d'un Italien victime de l'attaque de Bataclan, ou Bjorn Ihler, l'un des survivants de l'attaque d'Utøya. «Ils ont surmonté leur traumatisme avec une conviction renforcée des valeurs de l'humanité et de la démocratie. Leur expérience doit nous motiver à poursuivre dans cette voie, tout en mettant un accent particulier sur la nécessité de protéger les victimes du terrorisme», a conclu M. Agramunt.