Logo Assembly Logo Hemicycle

COVID-19 : ‘Mettre la sécurité des femmes au cœur de toutes les mesures de lutte contre le coronavirus’, déclare une rapporteure

La lutte contre la violence à l'égard des femmes doit rester une priorité pour les décideurs politiques et les législateurs pendant la crise du COVID-19, selon Béatrice Fresko-Rolfo (Monaco, ADLE), rapporteure générale sur la violence à l'égard des femmes de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE).

« Alors que l'Europe est ravagée par la pandémie, il devient de plus en plus évident que cette crise affecte différemment les femmes et les hommes », a-t-elle indiqué dans une déclaration aujourd'hui.

« Les données probantes et les recherches – notamment sur l'impact d’épidémies précédentes comme Ebola ou Zika – montrent que les femmes sont plus exposées au risque de contagion en raison des rôles traditionnels dédiés aux sexes, des normes sociales et de la ségrégation sur le marché du travail, comme l'illustre le fait que la grande majorité des travailleurs du secteur de la santé sont des femmes. Par ailleurs, ce sont elles qui dispensent principalement les soins aux enfants et aux personnes âgées ».

« Je suis particulièrement préoccupée par le fait que le confinement obligatoire à domicile et d'autres mesures de distanciation sociale appliqués dans plusieurs pays européens, puissent exacerber et augmenter le risque de violence fondée sur le sexe ».

« En soutenant les efforts des services de santé et en s'efforçant de réduire l'impact de la crise sur l'économie, les pouvoirs publics ne devraient jamais perdre de vue la nécessité de garantir l'égalité et de protéger les droits humains fondamentaux ».

« Au vu de la tendance alarmante observée ces dernières semaines, avec une recrudescence des cas de violence à l'égard des femmes et des difficultés d'accès aux services et aux voies de recours, j'appelle les autorités nationales à prendre des mesures adéquates pour prévenir la violence, protéger les victimes et poursuivre les auteurs, conformément aux principes de la Convention du Conseil de l'Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l'égard des femmes et la violence domestique ».

« Malgré la crise, ou à cause de celle-ci, les foyers d'accueil pour les femmes victimes ou menacées de violence devraient rester accessibles, tout comme les systèmes de signalement et les procédures de plainte ».

« Il est crucial que les législateurs et les décideurs politiques considèrent la lutte contre la violence envers les femmes comme l'un des secteurs prioritaires qui ne peut être négligé ou sacrifié dans la lutte contre la pandémie actuelle. La sécurité des femmes devrait être au cœur de toutes les politiques et les mesures ».