Logo Assembly Logo Hemicycle

"Les frappes de missiles sur les zones civiles doivent cesser", déclare le Président de la Commission des migrations

Nagorno-Karabakh, Stepanakert

« Les frappes de missiles sur les zones civiles doivent cesser », a déclaré Pierre-Alain Fridez (Suisse, SOC), Président de la Commission des migrations, des réfugiés et des personnes déplacées. « Les tirs sur la ville azerbaïdjanaise de Barda, qui auraient fait 21 morts, sont une tragédie, tout comme le missile, qui aurait touché une maternité et d'autres infrastructures dans la ville de Stepanakert / Khankendi, dans le Haut-Karabakh. Toutes les parties prenantes partagent une responsabilité, elles font toutes partie du problème, et elles font également partie de la solution », a déclaré M. Fridez.

« Les conséquences humanitaires du conflit dans la région du Haut-Karabakh sont extrêmement préoccupantes. La situation ne fera qu'empirer, à moins que les parties impliquées, non seulement acceptent un cessez-le-feu, mais s'y tiennent », a déclaré M. Fridez. «

Les autorités des parties prenantes doivent prendre les mesures nécessaires pour minimiser les conséquences humanitaires de ce conflit, qu'il s'agisse de l'hébergement d'urgence des personnes déplacées, de l'éducation des enfants déplacés, de la distribution de fournitures d'urgence, notamment de nourriture, de vêtements et de matériel médical, de la prise en charge sanitaire des blessés, de la récupération des corps et de l'échange de prisonniers de guerre. Les autorités doivent coopérer pleinement avec tous les acteurs humanitaires concernés et leur permettre d'apporter leur soutien, notamment le CICR et les agences des Nations unies, l'OIM et d'autres organisations non gouvernementales internationales et nationales".

M. Fridez a indiqué qu'il avait mis cette question à l'ordre du jour des travaux de la Commission des migrations, des réfugiés et des personnes déplacées, afin que les parlementaires des 47 États membres du Conseil de l'Europe puissent suivre attentivement la situation.

« L'hiver approche à grands pas et c'est une tragédie humanitaire évitable qui se déroule devant nous ; si toutes les parties travaillent ensemble, avec l'aide de la communauté internationale, des solutions peuvent être trouvées », a conclu M. Fridez.