Logo Assembly Logo Hemicycle

Protéger les droits humains des personnes touchées par les migrations dues au changement climatique

Lors de sa réunion en mode hybride, la Commission des migrations a souligné l’importance de protéger les droits humains des populations contraintes d’émigrer en raison de catastrophes ou de difficultés dues au changement climatique, en portant une attention particulière aux groupes vulnérables comme « les habitants des zones littorales, les populations autochtones, les minorités, les personnes âgées, les femmes, les enfants et les personnes handicapées ».

En adoptant le rapport de Pierre-Alain Fridez (Suisse, SOC), la commission a encouragé les Etats membres à prévenir la dégradation de l’environnement, qui multiplie les effets du changement climatique et peut causer des déplacements massifs de population. Elle préconise notamment aux Etats de s’assurer que les grands projets industriels ne soient pas dommageables aux pays voisins, et garantissent un accès à une eau potable de qualité pour tous.

Selon les parlementaires, la science et la technologie devraient être utilisées pour servir la population et sauver des vies, comme la mise en place d’une cartographie conjointe du changement climatique et des migrations pour prévoir les tendances migratoires, ou l’amélioration des réponses aux risques majeurs et des mécanismes d’alerte précoce.

La commission préconise de renforcer la coopération pour le développement et les aides d’urgence dans les pays d’origine des migrants, afin de répondre aux problèmes de sécurité alimentaire et celle de l’eau, ou de sécurité personnelle et politique. Elle a notamment appelé les Etats membres à créer un Fonds de solidarité mondiale pour les migrations climatiques.

Enfin, la commission considère que « le droit humain à un environnement sûr, propre, sain et durable » doit être mis en œuvre dès que possible, soulignant que ce droit « nouvelle génération » devrait aussi être incorporé dans les instruments internationaux qui influencent les migrations, comme les instruments de préparation aux catastrophes, les stratégies de développement économique ou encore les accords de production d’énergie.