Logo Assembly Logo Hemicycle

Remédier aux discriminations à l’égard des personnes atteintes de maladies chroniques et de longue durée

L’APCE a recommandé aujourd’hui aux Etats membres un ensemble de mesures – basées sur des dispositions de la Convention des Nations Unies sur les droits des personnes handicapées – pour remédier au « profond désavantage social et aux discriminations » que connaissent les personnes atteintes d’une maladie chronique et de longue durée.

La résolution adoptée à l’unanimité par l’Assemblée, sur la base du rapport de Martine Wonner (France, ADLE), préconise de renforcer le dépistage et la prévention de ces maladies, et de développer l’offre de soins et de services permettant la préservation du bien-être des patients, tout en allouant des crédits suffisants, notamment dans la sphère professionnelle – en renforçant par exemple les ressources de la médecine du travail.

Selon l’APCE, les entraves et discriminations subies par ces malades devraient faire l’objet de sanctions suffisamment dissuasives pour leur permettre d’accéder au bien-être et à l’épanouissement dans leur vie professionnelle ou privée, auxquels ils et elles ont droit. En matière de contrôle, elle a recommandé l’évaluation des dispositifs de protection des malades, y compris dans le secteur privé. A cet égard, elle a demandé une définition claire du « droit à l’oubli » et la mise en œuvre effective de cette protection.

« Ce n’est pas aux personnes atteintes de ces maladies de s’adapter à la société mais à la société de s’adapter à elles, dans le respect d’un aménagement raisonnable et des principes d’égalité et de non-discrimination », ont conclu les parlementaires.