Logo Assembly Logo Hemicycle

L’APCE demande instamment des améliorations au nouveau Pacte européen sur les migrations et l'asile proposé par l’UE

L'APCE a salué l'engagement de l'UE à intégrer pleinement les droits de l'homme européens dans toutes ses politiques en matière de migration et d'asile, mais a déclaré que le nouveau Pacte sur les migrations et l'asile qu'elle propose est " très complexe " et fait craindre que les procédures d'asile accélérées proposées ne réduisent leur qualité et leur équité.

Approuvant une résolution basée sur un rapport d'Oleksii Goncharenko (Ukraine, CE/DA), l'Assemblée a recommandé aux États membres de l'UE

de s’accorder sur un système de relocalisation obligatoire, comme mesure de solidarité avec les pays frontaliers de l’UE en donnant la priorité aux cas de regroupement familial et aux enfants migrants non accompagnés.

Elle a également invité l'UE à amender la proposition de règlement de filtrage du Pacte afin de s'assurer qu'elle inclut un recours suspensif efficace contre une catégorisation de filtrage incorrecte, et de mieux répondre aux besoins des personnes en situation vulnérable, des victimes de la traite des êtres humains, et des femmes victimes de violence sexiste.

La commissaire européenne aux affaires intérieures, Ylva Johansson, participant au débat à distance, a souligné que les propositions visaient à gérer les arrivées de manière ordonnée. Toutes les personnes cherchant à entrer dans l'UE n'ont pas le droit de rester, a-t-elle souligné, mais toutes doivent bénéficier d'une évaluation équitable, d'une décision claire dans un délai raisonnable, et être traitées avec respect et dignité. Elle a salué le rapport de l'APCE et s'est engagée à en tenir compte.