Logo Assembly Logo Hemicycle

Simon Coveney, pour un quatrième sommet dès que possible afin de réaffirmer le rôle du Conseil de l'Europe en tant que "conscience de l'Europe"

Simon Coveney, ministre irlandais des Affaires étrangères et de la Défense et  Président du Comité des Ministres, a affirmé que l'Irlande ferait tout son possible pour convoquer un quatrième Sommet dès que possible, afin de réaffirmer le rôle du Conseil de l'Europe en tant que "conscience de l'Europe".

Lors d'un échange de vues avec les membres de la Commission permanente de l'APCE à Dublin, il s'est dit "déterminé à poursuivre sur la lancée" vers un sommet évoqué lors de la récente réunion ministérielle de Turin.

"Le Conseil de l'Europe a été fondé au lendemain de la guerre sur notre continent. Et au lendemain de la guerre, il est temps que nos chefs d'État et de gouvernement se réunissent à nouveau - pour réaffirmer leur engagement commun envers la conscience de l'Europe, pour stimuler la ratification par l'UE de la Convention européenne des droits de l'homme et pour écrire le prochain chapitre pacifique de la longue histoire de notre continent".

"Si ce n'est pas maintenant, alors quand ?" a-t-il demandé, citant le titre des mémoires du survivant italien d'Auschwitz, Primo Levi. "Et que ce soit à Kyiv, Reykjavik, Dublin ou Strasbourg, peu importe où nos dirigeants se rencontreront. Ce qui compte, c'est qu'ils se rencontrent. Et renforcent la pertinence et l'importance de cette Organisation".

Le Conseil de l'Europe a déjà agi comme "la conscience de l'Europe" en expulsant la Russie, et doit maintenant montrer la même conviction en soutenant l'Ukraine, a-t-il déclaré. Les objectifs de la présidence irlandaise serviraient le Conseil "alors qu'il s'adapte à l'expulsion de son plus grand membre et recentre ses ressources sur la réponse au sort d'un autre", a-t-il ajouté.

Le ministre a également rappelé les autres objectifs de la présidence irlandaise, soulignant l'importance de respecter les arrêts de la Cour européenne des droits de l'homme, ainsi que l'accueil par l'Europe des réfugiés ukrainiens, conformément aux valeurs et aux conventions du Conseil.