Logo Assembly Logo Hemicycle

L'APCE lance sa nouvelle Plateforme parlementaire pour les droits des personnes LGBTI en Europe

« Les droits ne doivent jamais être tenus pour acquis », a déclaré Christophe Lacroix (Belgique, SOC), rapporteur général de l'Assemblée sur les droits des personnes LGBTI, lors de la réunion qui a officiellement lancé la Plateforme parlementaire de l'APCE pour les droits des personnes LGBTI en Europe. « L'objectif de cette plateforme est d'utiliser la coopération interparlementaire pour renforcer la lutte contre la discrimination anti-LGBTI. Face à un mouvement anti-genre bien financé et bien structuré, il est plus important que jamais de rallier nos forces pour promouvoir l'égalité dans ce domaine », a-t-il déclaré.

L'Ambassadrice Nina Nordstrom, Représentante permanente de la Finlande auprès du Conseil de l'Europe, Présidente du Groupe de rapporteurs du Comité des Ministres sur les droits de l'homme, a exprimé l'espoir que la plateforme et ses travaux puissent attirer l'attention sur l'élaboration de normes plus larges du Conseil de l'Europe, « y compris les normes que les États membres doivent respecter ainsi que les arrêts importants de la Cour européenne des droits de l'homme ». Elle a également attiré l'attention sur les travaux en cours du Comité directeur de l'Organisation sur la lutte contre la discrimination, la diversité et l'inclusion (CDADI) sur une recommandation au Comité des ministres sur l'égalité et les droits des personnes intersexes.

Andrew Boff, membre du Congrès du Conseil de l'Europe, a souligné que les préjugés contre les personnes LGBTI « trouvent souvent d'abord leur voix au niveau local ; l'engagement des gouvernements locaux est essentiel pour traiter ces problèmes ». Les droits LGBTI, a-t-il déclaré, « sont attaqués en Europe, mais il existe de bons exemples de progrès, car de nombreuses autorités locales dans toute l'Europe prennent des mesures positives pour inclure et reconnaître les besoins des personnes LGBTI. Nous devons nous battre pour leurs droits chaque jour, à tous les niveaux ».

« Le Conseil de l'Europe a créé un instrument unique pour la protection des droits humains des personnes LGBT en 2015 via la recommandation du Comité des Ministres, et fera bientôt de même pour les droits des personnes intersexes », a déclaré la représentante d'ILGA-Europe, Katrin Hugendubel. « Les prises de position et les déclarations écrites provenant de l'APCE aident les membres de la communauté LGBTI à sentir que leurs situations sont vues et leurs luttes reconnues par les institutions des droits de l'homme. Nous avons besoin de ce réseau pour soutenir les droits des personnes LGBTI », a-t-elle conclu.

La Plateforme parlementaire pour les droits des personnes LGBTI en Europe rassemble des parlementaires des délégations nationales auprès de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, des observateurs et des partenaires pour la démocratie. L'objectif de la plateforme est d'utiliser la coopération interparlementaire pour promouvoir l'égalité pleine et effective des personnes LGBTI sur tout le continent. Il permet aux membres de faire pression pour le changement et de travailler ensemble sur un large éventail d'activités pour engager les gouvernements, inspirer de nouvelles lois et sensibiliser.

Le programme de travail des prochains mois inclut la situation des demandeurs d'asile et réfugiés LGBTI, les thérapies dites de « conversion » et la protection de la vie privée et familiale (rainbow families).

La plateforme est coordonnée par le rapporteur général de l'Assemblée sur les droits des personnes LGBTI. Sa création fait suite à une résolution de l'Assemblée adoptée en janvier 2022 qui condamnait la récente montée des attaques stigmatisantes et déshumanisantes contre les personnes LGBTI et le recul des droits LGBTI constaté dans certains pays.