Logo Assembly Logo Hemicycle

Améliorer l’accès aux soins de santé sexuelle et reproductive par des approches innovantes

Petra Stienen (Pays-Bas, ADLE)

La Commission permanente de l’APCE, réunie à La Haye, a souligné que l’accès aux soins de santé sexuelle et reproductive devait être garanti pour toutes et tous sans discrimination, et a encouragé les législateurs et les décideurs politiques à accorder une haute priorité à la santé et aux droits sexuels et reproductifs. (SDSR).

A cet égard, la résolution basée sur le rapport de Petra Stienen (Pays-Bas, ADLE), adoptée aujourd’hui par l’APCE, indique que des progrès dans ce domaine sont rendus possibles par des avancées dans la technologie et le design, les sciences sociales, les technologies de l’information, ou encore la médecine – avec les soins de santé fournis à distance et par des moyens numériques.

L’APCE a également appelé les Etats à promouvoir la recherche scientifique dans les domaines liés à la sexualité et à la reproduction, afin de mettre à disposition des méthodes contraceptives innovantes, y compris la contraception masculine.

Par ailleurs, selon le texte adopté, les lois et les politiques publiques sur la SDSR devraient reposer sur une vision positive de la sexualité et chercher à promouvoir l’autodétermination et l’autonomie corporelle pour toutes et tous ; et des mesures doivent être prises combattre la coercition reproductive, c’est-à-dire l’ingérence dans la liberté de choix d’une personne en matière de santé reproductive.

Enfin, l’APCE a demandé aux Etats de prévoir dans les programmes scolaires, à tous les niveaux, des cours obligatoires d’éducation sexuelle et a préconisé la mise à disposition du grand public d’informations détaillées concernant la SDSR, sur des plateformes en ligne gérées par les autorités de la santé publique.