Logo Assembly Logo Hemicycle

La Commission de migration de l'APCE salue la « résilience, le courage et la détermination » des Bélarussien.ne.s en exil et demande un soutien pratique à leur égard

Paul Galles discute des défis auxquels sont confrontés les Bélarussiens en exil lors de sa visite en Pologne et en Lituanie

La Commission des migrations de l'APCE a salué la « résilience, le courage et la détermination » des Bélarussien.ne.s contraint.e.s à l'exil par la répression du régime de Loukachenka - et a exhorté les Etats qui les accueillent à prendre des mesures juridiques et pratiques pour les soutenir.

Dans un projet de résolution basé sur un rapport de Paul Galles (Luxembourg, PPE/DC), adopté à l’unanimité, la commission a déclaré que « le peuple bélarussien ne peut être assimilé au régime de Loukachenka » et ne devrait pas être traité de manière discriminatoire en raison de la participation du régime à la guerre contre l'Ukraine.

Elle a déclaré qu'elle « ne peut qu’être impressionnée par le travail et les initiatives de Sviatlana Tsikhanouskaya, candidate très probablement victorieuse contre Aliaksandr Loukachenka aux élections de 2020 ».

La plupart des Bélarussien.ne.s exilé.e.s « n'ont qu'un seul souhait » - retourner dans un Bélarus démocratique - mais en attendant, les pays qui les accueillent temporairement doivent « faire tout leur possible pour que ces personnes puissent rester légalement et soient accueillies dans des conditions dignes », ont déclaré les parlementaires.

Ils ont salué les efforts de la Lituanie et de la Pologne pour trouver des solutions juridiques et pratiques afin de mieux accueillir les Bélarussien.ne.s en exil, tout en notant qu'il est possible de faire plus et en appelant à des solutions « originales ».

La commission a formulé une série de recommandations pratiques visant à faciliter l'entrée et le séjour légaux en dehors du Belarus, ainsi que les déplacements dans l'UE, pour les exilés et leurs familles, et à prendre des mesures pour qu'ils soient à l'abri des représailles, qu'ils puissent accéder à leurs comptes bancaires et qu'ils puissent gérer des entreprises.

Les États et les parlements devraient soutenir les forces démocratiques en exil, ainsi que la société civile et les avocats, et encourager l'éducation et la culture bélarussiennes de diverses manières, ont ajouté les parlementaires.

Le rapport doit être débattu en séance plénière lors de la session juin de l'Assemblée.

Liens