Logo Assembly Logo Hemicycle

Une rapporteure se dit préoccupée par le harcèlement et le procès du défenseur russe des droits humains Oleg Orlov et d’autres personnes qui s’opposent à la guerre d’agression de la Russie

Oleg Orlov

« Aujourd'hui, Oleg Orlov, coprésident de Memorial, l'éminent groupe russe de défense des droits humains et co-lauréat du prix Nobel de la paix, est jugé pour avoir discrédité à plusieurs reprises les forces armées russes et risque d'être condamné à trois ans d'emprisonnement », a déclaré Thórhildur Sunna Ævarsdóttir (Islande, SOC), rapporteure générale de l’APCE sur les prisonniers politiques.

« Cette accusation est basée sur son message sur les médias sociaux dans lequel il a partagé son article intitulé : "Russie : ils voulaient le fascisme, ils l'ont eu", publié sur une plateforme de blogs française en novembre 2022. Il a également été arrêté en mars 2022 pour avoir brandi une pancarte sur laquelle on pouvait lire : "Paix pour l'Ukraine, liberté pour la Russie".

Je suis consternée qu'un défenseur des droits humains aussi respecté, qui a reçu de la part de Memorial le Prix Sakharov pour la liberté d'expression du Parlement européen en 2009, fasse l'objet d'un harcèlement judiciaire simplement pour avoir exercé son droit à la liberté d'expression et protesté contre le régime actuel et sa guerre d'agression contre l'Ukraine.

S'il est condamné à une peine d'emprisonnement à l'issue du procès d'aujourd'hui, il rejoindra malheureusement la liste des prisonniers politiques en Russie, selon la définition de "prisonnier politique" établie par l'APCE. La condamnation d'Orlov serait la dernière d'une série de centaines de peines prononcées pour avoir protesté contre la guerre d'agression de la Russie, en vertu des amendements de 2022 au Code pénal.

Comme je l'expliquerai dans mon prochain rapport La détention arbitraire de Vladimir Kara-Murza et la persécution systématique des manifestants anti-guerre en Fédération de Russie, les amendements russes de 2022 au Code pénal et au Code administratif violent les normes internationales des droits humains et sont utilisés pour persécuter systématiquement toutes les formes d'expression qui ne sont pas conformes à la propagande officielle du Kremlin. »