Logo Assembly Logo Hemicycle

Attaques terroristes : lutter contre ces crimes violents et fixer comme autre priorité la prise en charge des victimes

« Dans un contexte déjà difficile de crise sanitaire et désormais de confinement, la France est frappée une nouvelle fois par la violence lâche et la brutalité aveugle qui brise des vies et des familles. Aux proches des victimes, je tiens à adresser mes pensées et mes condoléances » a déclaré Marietta Karamanli (France, SOC), ancienne rapporteure sur « Protéger et soutenir les victimes du terrorisme ».

« Toutes les victimes d’attaques terroristes, y compris leurs familles, ont des besoins physiques, matériels, affectifs et psychologiques spécifiques et doivent bénéficier d'une protection et d'un soutien adéquats pour que leur dignité et leurs droits humains soient pleinement respectés. L’État doit également les aider à sortir de leur condition de victime en faisant en sorte qu'elles reprennent le contrôle de leur vie » a-t-elle ajouté.

« En même temps, nous devons rester fermes dans notre détermination à contrer le fanatisme et l’extrémisme violent de toute nature, sans faiblesse et sans compromis, avec la préoccupation des valeurs fondamentales du Conseil de l’Europe, tout en veillant à préserver le lien social et la solidarité collective. Quand un attentat est perpétré contre un pays, c’est la communauté internationale entière qui est frappée et aucun pays ne peut s’estimer à l’abri », a conclu Mme Karamanli.

En adoptant la Résolution 2303 et la Recommandation 2164 en octobre 2019, l’Assemblée parlementaire avait souligné la nécessité d’une approche plus systématique de la protection et du soutien aux victimes du terrorisme et proposé aux États membres un ensemble de mesures concernant la reconnaissance du statut de ces victimes, le soutien spécifique au niveau national et international, ainsi que la coopération avec la société civile. L’Assemblée avait notamment attiré l’attention sur la nécessité de la mise en œuvre de l’article 13 de la Convention du Conseil de l'Europe pour la prévention du terrorisme intitulé « Protection, dédommagement et aide aux victimes du terrorisme », ainsi que des lignes directrices révisées du Comité des Ministres sur cette question. Enfin, elle avait encouragé l’Union européenne, en concertation avec le Conseil de l’Europe, à adopter une Charte européenne des droits des victimes du terrorisme.